Anita - Introduction (3/4)

Publié le par Véronique

Introduction: 1/4
Introduction: 2/4

Noël s'assit sur un banc près de la fontaine et observa le ciel dont la couleur commençait à virer au gris. Il interpréta ceci comme étant un mauvais signe, la pluie n' étant pas tombée depuis plusieurs jours, et la chaleur actuelle présageait un bel orage à venir...

Les paroles d' Anita et de ses amis lui revenaient sans cesse en tête et commençaient sérieusement à l' agacer. Il fallait absolument qu'il se calme, sinon l'épée de Damoclès allait finir par lui tomber sur la tête! Mais, après les paroles incisives, ce furent les images tout droit issues de son imagination qui l' envahirent. Des véritables scènes de cinéma conçernant Lulu se montaient dans son esprit. Il l' imagina en femme psychopate, fatale, dépressive...

Mais en fait, la connaissait-il vraiment?

Il se souvenut que Lulu et lui s' étaient rencontrés suite à un simple hasard:

Lors du dernier mois de l' année scolaire, traditionellement réputé pour être l' un des moins interressants au niveau des cours, Noël et ses amis de la 3°5 passaient leurs journées à chercher une occupation. Fuyant l' atmosphère du cours d' histoire-géographie, ils s'étaient installés sur les marches menant au stade du collège (Hors du champ de vision des surveillants, tout de même)

Anita vint les trouver à la fin du cours, connaissant leurs cachettes par coeur.

  • « Hey, Noël! Tu as bientôt fini de traîner n' importe où? C' est à toi de t'occuper du cahier de texte, cette semaine. »

  • « J'en veux pas de ce truc. Tu sais très bien que si tu me le donnes, tu ne le reverras jamais. »

  • « Si ca arrive, ce n'est pas à moi que tu devras rendre tes comptes. Je le dépose là. »

Anita s' éloigna en grognant, en direction du bâtiment principal.

« Sérieusement Noël, ca ne t'énerve pas, la façon dont elle te parle? Moi je l' aurais cassée en deux depuis longtemps! », lança Roland.

« Clair! Ce n'est pas parce que vous êtes voisins depuis des plombes que tu dois laisser passer ca! Remets la à sa place! », dit Boris.

« Moi, elle me fait peur, on a l'impression qu'elle à ses règles tout le temps », dit Charlie.

Ils se regardèrent silencieusement.

"Ca doit faire mal, les règles », lanca Boris.

Noël se leva et prit le cahier de texte de la 3°5.

« Je n'en ai rien à faire, de ce que vous pensez d' elle, et puis avec vos soeurs et vos copines, je vous signale que c'est pareil. »

Roland pensa à sa chère Mallory et ses ongles incisifs, et se calma d' un coup.

« Le cahier de texte, mets le dans la poubelle », répondit Boris. « Celle à coté du stade. »

« Dans les toilettes des filles, dit Roland »

Noël rit et se dirigea avec son frais cadeau vers le bâtiment principal, lorsqu'il buta sur une élève en entrant dans le hall. L' élève qui se révèlait être une fille tomba par terre.

« Oh, désolé, je ne t' avais pas vu. », dit Noël, l' air détaché.

La fille épousseta sa mini-jupe et regarda Noël d' un air furieux.

« Je m' en fiche de tes excuses! Tu as abîmé ma jupe en jean! Tu sais combien j'ai économisé pour me la payer? »

Noël s' en fichait royalement, mais décida de garder son calme et lança son sourire le plus destructeur.

« Au moins il te va très bien...Tu ne serais pas en troisième toi? » , répondit Noël, se rappelant l' avoir déjà croisé dans les couloirs.

« Si, et alors? »

« Rien rien. Salut! »

Noël se pressa alors vers l' administration afin d' essayer de poser le cahier là-bas, mais la fille le retint par la main. Il vit que ses yeux étaient maintenant remplis d'étincelles.

« Moi, je te reconnais! Tu es le type de la classe 5 qui traîne tout le temps avec Anita Moretti! »

« Ouais, fit Noël d' un air déçu qu' on le considère encore comme l' éternel subordonné d' Anita. On est voisins, en fait. »

« Dis moi dis moi, tant qu' on y est..c' est vrai que vous sortez ensemble? »

« Qui t' as raconté ca?? , » répondit Noël d' un air stupéfait.

« Bah tout le monde le pense, alors je voulais savoir si c' est vrai. »

« Et pourquoi je te raconterai ma vie, alors que je ne te connais même pas?»

« Eh Bien... »

Noël entendit la voix d' Anita alias Gemini Cricket, dans sa tête, lui révelant une information importante: « Cette fille cherche à savoir si tu es célibataire! Elle veut te mettre le grappin dessus! » Noël fronça un sourcil.

« Bon, voilà ce que tu va répeter à tes copines concierges de mes deux: On est juste amis d' enfance. Mets toi bien ca dans la tête. »

« Ok ok... Je te crois! Moi, c' est Ludivine, mais tout le monde dit Lulu. Toi, c' est Noël, c' est ca? Comme joyeux noël? »

« Oué. Mais je suis pas toujours joyeux. » Comment connait-elle mon nom?, pensa Noël un court instant, avant de se rassurer en se disant qu'après tout, dans ce collège, il était populaire.

Lulu esquissa un sourire. Ils entrèrent dans la salle d' administration. Lulu récupéra son cahier de texte, et Noël aperçut alors le plus beau derrière qu' il n'ai jamais vu. « Démon! Démon femelle! », cria Anita-Cricket dans la tête de Noël. Il secoua la tête pour essayer de la chasser de son esprit.

En sortant, il sentit Lulu le frôler puis partir en courant. Et en se retournant pour repartir vers le hall, il eut la peur de sa vie en voyant Anita qui se trouvait à moins d'un mètre de lui, l'air suspicieux.

« Je n' aime pas ca, dit Anita en prenant un air colérique.

  • Bordel, tu m'as fait peur! Arrête de faire des trucs comme ca, je suis encore jeune!

  • Je me méfie des filles que je ne connais pas, et qui de leur coté savent tout sur moi. Ce sont les premières qui iront déballer des dossiers sortis d'on-ne-sait-où.. Au fait, tu as un truc qui dépasse de ton jean. »

Noël mit la main dans sa poche et en sortit un papier avec un numéro de téléphone. De son visage naquit alors le fameux sourire qui agaçait enormément Anita, un sourire tout droit sorti des pubs pour dentifrice à la télévision.

« - Tu vas lui télephoner?, demanda Anita, qui présentait maintenant un air inquiet.

  • Et pourquoi pas, Mademoiselle je-sais-tout.

  • Et toi alors, tu ne trouves pas que ca a l' air un peu facile? Toi, je sens que tu vas vite devenir son pigeon.

  • Tu tires des conclusions au bout de 5 minutes...Cela aurait pu être n'importe qui, que tu aurais eu la même réaction. Tu sais que tu es parfois vraiment emmerdante, comme fille? On peut pas rester 5 minutes sans avoir ton avis sur tout?

Anita fit un pas en arrière et resta les yeux écarquillés.

  • « J' ai plus besoin d' une mère tu sais. Surtout du genre super-glu. »

Noël se rappela d'une phrase que Roland avait prononçée il y a peu: « Moi, je l'aurais cassée en deux depuis longtemps! »Il se sentit en même temps coupable et libéré. La vue du visage anéanti d' Anita lui procurait un sentiment de satisfaction comme il en avait connu peu auparavant.

Anita baissa les yeux un instant avant de le regarder et de lancer d' un ar determiné:

« - Très bien, fais l' inverse de ce que je te conseille si ca peut te soulager; Mais tu sais, si tu te casses la figure, je n'en aurai rien à foutre. Ne viens pas pleurer chez moi après. »

« - Ca ne risque pas! » répondit Noël en criant.

Anita partit vers la cour en rouspétant, et rejoignit le Anita crew; Elles lançèrent un regard meurtrier en direction de Noël qui leur tira la langue.

Le lendemain soir, à 23h59 précises, le téléphone portable de Noël sonna alors que celui-ci était profondément endormi. « Allo? Pourquoi ne m' as-tu pas rappelé?, dit Lulu avec une toute petit voix dans le téléphone. Ca m' as rendue vraiment triste. »

Noël resta sous le choc, regardant son réveil qui indiquait maintenant minuit.« Comment avait-elle eu mon numéro? », se demandait-il. Elle m'a donnée le sien, mais en ce qui me concerne...

« -Tu sais quelle heure il est?, dit Noël d' un ton enervé.

  • Désolé, mais j avais vraiment envie de te parler.

  • Comment as-tu eu mon numéro! Je ne te l'ai jamais donné, que je sache!

  • C' est une fille de ta classe, ne l'engeule pas.. Je voulais juste savoir.. Ca te dirait, qu'on se voit à l' extérieur? J' aimerais bien savoir comment est le Noël studieux élève, en dehors des cours.

  • On verra ca demain matin, 10h, salut. »

Noël raccrocha, éteignit le portable et se recoucha. « N' importe quoi,ces filles » pensa t-il avant de s' endormir.

Le lendemain, il passa toute la pause de 10 heures à discuter avec Lulu dans la cour. Il apprit qu'une de ses camarades de classe lui avait donné son numéro contre un ticket restaurant (il pensa à aller la tuer) et après les excuses de Lulu, qui faisait une moue adorable lorsqu' elle était gênée, il se dit qu' il avait envie de la revoir, finalement.

C' est ainsi que Noël s' était retrouvé affublé d 'une Lulu qui s' accrochait énormément.

Toujours assis près de la fontaine, attendant une Lulu qui ne se décidait pas à sortir des toilettes, Noël commençait à s' impatienter. Une fille marchait dans sa direction d' un pas timide. Elle s' arrêta à 50 centimètres de lui quand son kit mains-libres de téléphone portable tomba; elle se baissa pour le ramasser, mettant bien en évidence ses atouts mammaires.

« - Désolée, mon kit est tombé et.. »

Mais Noël ne réagit pas à sa remarque, étant trop absorbé par ses pensées. Tatiana, en fidèle soldat, n' abandonna pas et s' assit sur le banc à coté de lui. La toute puissante voix d' Aminata emplissait son esprit. « Ecoute moi bien, mon enfant. Ce jeune homme, dont je me souviens que l' identité correspond à celle de Noël Landry, 15 ans, est en troisième, donc d' une classe plus élevée que la nôtre. Non seulement doué d' une excellente réputation, il est muni d' un scooter, d' un corps d' apollon et possède un pavillon. Qui dit Noël, dit assurance d' avoir des devoirs faits, d' un lieu où pouvoir faire ses soirées et accessoirement de posséder un beau gosse comme faire valoir. Comprends-tu seulement l' ENJEU? »

Les yeux de Tatiana brillèrent; elle se pencha vers Noël, comme possédée.

« - Hé, dis moi... »

La proximité de la voix de Tatiana sortit Noël de sa torpeur. Les yeux à demi-ouverts, il regarda Tatiana qui était assise à sa droite.

« -Hé beau gosse,t' étais endormi ou quoi.

  • Qu' est ce qu' il y a?, demanda Noël.

  • Tu vois ma pote là-bas, elle te trouve super beau gosse comme mec, tu voudrais pas aller lui parler?

  • Qu' est ce que tu veux que je lui dise? Et puis, je suis occuppé, là.

  • Allez quoi, fais pas ton timide. Elle est super cool ma pote, elle s' appelle Aminata..Tu lui parles, après t' es pas obligé de continuer à la voir hein, t' as qu' à lui parler une fois pour voir...

  • Et si je veux pas?

  • Je te demande juste de me filer ton phone! »

Noël eu alors envie de coller son poing dans la face de la jeune fille, mais il sentit les galères venir en voyant au loin les apparentes amies de Tatiana, et sortit un bout de papier de sa poche; il fallait trouver une feinte, sinon la bande de folles pleines de couleurs ne le lâcherait jamais. Il griffona un numéro de téléphone au hasard et le tendit à la fille.

Tatiana examina le papier attentivement et sortit son portable. Elle composa le numéro et attendit que le portable de Noël sonne. Noël prit un air desespéré.

« - Ca ne répond pas, tu m' as donné un faux numéro?

  • Bah dis donc, quelle confiance! En tout cas, t' as vraiment cru que j' allais te le donner!

  • Tu vas le faire ou pas alors? »

Noël en eu par dessus la tête et se leva subitement. Une claque, une béquille ou juste un déballage d insultes? Noël réfléchit à la solution la plus envisageable.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article