Anita - Introduction

Publié le par Véronique

Voilà les premiers paragraphes (Ne tapez pas, il y avait nouvelle starrrr et mine de rien de temps en temps je me transforme en spectateur lobotomisé malgré moi :) ) Le reste arrive demain


 

Le bruit crée par l' ambulance en face de la rue finit par vaincre la flemme légendaire d' Anita, qui se leva de son rocking-chair plaçé parrallèlement à la télévision, à environ 5 mètres, et ferma la fenêtre à double vitrage.

«  Tant pis pour la chaleur, dit-elle. Ma série avant tout. »

Elle monta le volume de la télévision et se rassit. C' était l' heure de « Mensonge fatal » , feuilleton aux rebondissements aussi multiples que fantasques et au travail d' acteur inexistant, mais qui était imbattable pour replonger Anita dans une léthargie quasi-végétative.

La chaleur était en effet écrasante depuis quelques jours à Tournan, et la perspective pour Anita de croiser certains individus dont elle ne souhaitait pas faire la rencontre avait convaincu Anita de rester à la maison. De plus, ses parents étant absents, elle n' avait plus de garde-fou constamment derrière son dos.


Noël était l' une de ces personnes qu' elle ne souhaitait pas rencontrer.

D' une nature joyeuse à toute épreuve, et d' un tempérament assez enfantin, il était à mille lieues de s' imaginer passer sa journée enfermé dans un salon. Le sms qu' Anita avait reçu en début d' après midi un ( « G FE 1 SORTI AC Lulu AU C Comercial CA VA ET SUPER » ) avait fini de la conforter dans sa conviction. Lulu, l' heureuse élue de l' après-midi, représentait tout ce qu' Anita detestait: obstinée, agressive, et particulièrement interressée par sa propre personne. Anita était persuadée que Lulu avait trouvé en Noël le pigeon de l' été, et avait finit par abandonner l' idée de le mettre en garde. Elle pensait également l' avoir trop couvé par le passé et avait décidé qu' il était bon de lui laisser se prendre un mur au moins une fois, histoire qu' il voit ce que cela fait; elle n' excluait pas non plus l' idée de voir le spectacle d' un Noël en pleurs, spectacle trop rare pour ne pas être réjouissant.

L' écran de télévision montrait une jeune femme dotée d' une coupe à la Sue Ellen se jettant au pied d' un homme (jeune aussi) en costume la regardant d' un air dédaigneux. « Surement son amante » dit Anita, les yeux à demi fermés, avant de plonger dans un sommeil profond.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

blackelven 28/03/2005 08:37

Trés bien écrit, trés dynamique ,vraiment tout en énergie..vivement la suite (j'adore les détails à la c .. genre la coiffure à Sue Ellen (on peut s'y perdre facilemnt mais bien dosé,c'est jubilatoire ) ...vite la suite