Tu seras un homme, mon fils!

Publié le par Véronique Mlle

C' est un texte célèbre et archi lu, mais j' ai quand même envie de le mettre, ca fait toujours plaisir de le relire de temps en temps

SI

Si tu peux voir détruit l'ouvrage de ta vie
Et sans dire un seul mot te mettre à rebâtir,
Ou perdre d'un seul coup le gain de cent parties
Sans un geste et sans un soupir ;

Si tu peux être amant sans être fou d'amour,
Si tu peux être fort sans cesser d'être tendre
Et, te sentant haï, sans haïr à ton tour,
Pourtant lutter et te défendre ;

Si tu peux supporter d'entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots,
Et d'entendre mentir sur toi leurs bouches folles
Sans mentir toi-même d'un mot ;

Si tu peux rester digne en étant populaire,
Si tu peux rester peuple en conseillant les rois,
Et si tu peux aimer tous tes amis en frère,
Sans qu'aucun d'eux soit tout pour toi ;

Si tu sais méditer, observer et connaître,
Sans jamais devenir sceptique ou destructeur ;
Rêver, mais sans laisser ton rêve être ton maître,
Penser sans n'être qu'un penseur ;

Si tu peux être dur sans jamais être en rage,
Si tu peux être brave et jamais imprudent,
Si tu sais être bon, si tu sais être sage,
Sans être moral ni pédant ;

Si tu peux rencontrer Triomphe après Défaite
Et recevoir ces deux menteurs d'un même front,
Si tu peux conserver ton courage et ta tête
Quand tous les autres la perdront,

Alors les Rois, les Dieux, la Chance et la Victoire
Seront tous jamais tes esclaves soumis,
Et, ce qui vaut mieux que les Rois et la Gloire,
Tu seras un homme, mon fils.


Rudyard KIPLING
(30 décembre 1865 à Bombay - 18 janvier 1936 à Londres)

Publié dans Textes

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Yann 03/08/2005 12:14

Je viens de récupérer ce poème de Rudiard Kipling car après demain mon fils aîné a 10 ans, je vais le lui lire pour son anniversaire. Je remercie l’auteur de ce site.
Kipling a su délivrer aux hommes, pour leur vie, un message d'une immense profondeur et justesse dans une forme admirable.
Je suis blanc, sa mère est noire, il est un superbe métisse. Plus que les beaux discours des antiracistes bien pensants, la vie m'a appris qu'il n'y a qu'une seule race, la race des hommes, et que dans cette multitude on rencontre toutes les caractéristiques intellectuelles et morales, les meilleures comme les pires, indépendamment de la couleur de peau.
Kipling a vécu à une époque différente, il ne savait pas les mêmes choses. Il a commis l’erreur, dramatique, de sa société. Peut-on reprocher à un moscovite slave d’être Stalinien en 1940 ? Peut-on reprocher à un jeune allemand de souche d’être nazi en 1936 (comme notre bon pape Grégoire XVI) ?
S’il vous plait, frères humains, ne condamnez pas trop vite un homme qui a produit des pensées dans un contexte que vous ne connaissez pas, si vous ne voulez pas à votre tour être jugé trop sévèrement par les générations à venir.

« Si tu peux supporter d'entendre tes paroles
Travesties par des gueux pour exciter des sots »

Juger hors d’un contexte est une forme de travestissement. Mineure certes, la situation est bien en deçà de la violence du vers ! ;-)

blackelven 28/03/2005 08:34

Bonsoir,blackelven de souvenirs perdus.
Je suis du même avis que Sylvain ,en valeur littéraire ,c'est d'une beauté poignante..dommage que la forme puisse rattrapée par le fond qd on connait un epu plus kipling...

Mlle véro 22/03/2005 14:08

Contente que ce texte fasse réagir!
Pour ma part je n' ai jamais entendu parler de ce traité (j' aimerais bien que tu m' en parles plus d' ailleurs, je trouve ca très etonnant) et si c est vraiment ce qu 'il pensait, c' est bien dommage...Cela n' enlève rien à la beauté de ce texte bien sûr.

sam 22/03/2005 11:12

Pour ma part j'adore ce texte, d'un point de vue purement littéraire :)

Sylvain 22/03/2005 01:22

Hello Vero, Sylvain, de souvenirs perdus!
Donc oui, je voulais laisser un commentaire sur cet article, parce que, bien que je trouve que c'est rudement bien écrit, je suis toujours contre le fait que cet article soit publié comme une référence. Non pas qu'il soit mauvais en soit (au contraire), mais parce que le poids de son auteur n'a jamais ete étudié à sa juste valeur. Tout comme l'incommesurable Herge a commis Tintin au Congo (l'oeuvre la plus raciste encore publiee de nos jours au grand jour), Rudyard Kipling a également écrit un traité sur la supériorité de la race blanche... C'est triste...